Blog et forum de vos voyages au Pérou
Blog et Forum du réseau solidaire Tout Pérou

L'espace d'échange gratuit dédié au Pérou pour les voyageurs francophones

Le Père Noël... son traîneau... et ses lamas !

  1. Serge

    Le Père Noël… son traîneau… et ses lamas !

    par
    Comment
    Marre des huîtres et du foie gras de Noël ? Cette année, venez déguster des plats typiques et originaux au Pérou !  Au Pérou, la fête de Noël est très importante. La population, très majoritairement chrétienne, célèbre cette fête comme une étape très importante du culte religieux. Mais, le Pérou est un pays très diversifié : entre la côte Pacifique, les Andes et la jungle, les différences sont évidentes. Ainsi, les habitants ont différentes façons de célébrer Noël selon la région où ils habitent, sans compter bien sûr les « spécialités » de chaque famille, même s’il y a des similarités dans le déroulement des festivités. Ces éléments sont caractérisés par le soin extrême apporté à la décoration des crèches, immenses et parfois même à échelle humaine, que l’on installe dans les églises et les maisons, à l’exécution des danses, aux représentations théâtrales, à la confection des plats typiques, et à toute une gamme de créations artisanales. Le 24 décembre : de jour, les rues sont animées par des chansons de Noël et le soir, les feux d’artifices raisonnent dans tout le pays. À 22h00, de nombreux péruviens vont à la messe, appelée « misa de gallo ». Ceux qui n’y vont pas le 24 au soir y vont généralement le 25. Après la messe, tout le monde à table ! Le repas de Noël est généralement composé de dinde au four, ou parfois de cochon de lait, avec de la purée de pomme, du riz, de la soupe, et en dessert, du chocolat chaud et du panetón (c’est le panettone, apporté...
  2. Serge

    Le Paradis de la Vague

    par
    Comment
    Le Pérou offre une grande diversité de spots de surf et un large panel de plages pour le pratiquer selon vos envies. Il compte parmi les destinations les plus réputées au monde notamment pour la qualité des vagues du Pacifique. Le pays attire chaque année de plus en plus de surfeurs du monde entier, et c’est une véritable communauté qui est en train de naître autour de ce sport de glisse. Et si les vagues du Pérou conviennent parfaitement aux débutants et représentent une manière inoubliable de s’initier au sport, ce pays révèle aussi un potentiel pour les plus expérimentés. Le Pérou est surtout connu grâce à Chicama qui est certainement la plus longue gauche de la Planète. Mais le Pérou ne se limite pas à cette vague mythique, en effet la côte s’étend sur plus de 2400 km. Nous vous en citons quelques unes : Mancora : dans la région de Piura, sur la côte nord du Pérou, se trouve Mancora, une petite plage très appréciée des surfeurs backpackers et des jeunes liméniens. Herradura : située dans le quartier de Chorrillos, au sud de Barranco à Lima, Herradura est l’un des meilleurs sites de surf de Lima, avec des vagues gauches parmi les plus puissantes de la côte péruvienne. Réservé aux expérimentés Cerro Azul : l’une des plages les plus fréquentée par les surfeurs, à 2 heures au sud de Lima. Aussi bien pour les débutants que pour les expérimentés, les impressionnantes vagues droites de ce spot vont en...
  3. Serge

    FESTIVAL DE COULEURS ET DE SAVEURS : LES MERCADITOS

    par
    Comment
    Les marchés au Pérou « mercado » ou « mercaditos » (petit marché) sont une étape indispensable de votre passage au pays des Incas. Éclectiques, hauts en couleur, en odeurs et en saveurs, il y en a pour tous les goûts et ils sont au centre de la vie liménienne. A l’origine, ils sont le résultat des nombreuses vagues d’immigration des péruviens des Andes à Lima. Arrivés en ville, une des options à leur portée étaient le commerce de denrées de toute sorte dans les rues. Au fur et à mesure du temps et de l’amélioration de leurs conditions de vie, les commerçants ambulants se sont regroupés dans des marchés « fixes » et ont pu obtenir des droits de propriété et une situation beaucoup plus stable, élément indispensable pour mener à bien toute activité économique. Ce qui frappera le voyageur sera non seulement l’abondance de produits de toutes les formes et de toutes les couleurs mais aussi les étals de fruits et légumes s’étendant à perte de vue, les poulets et cochons entiers exposés dans les vitrines (quand il y en a), les centaines de paniers d’épices de toutes sortes et bien sûr, la fameuse pomme de terre originaire du pays qui se décline jusqu’à 5000 variétés différentes… Vous ne vous ennuierez pas, c’est promis ! Aujourd’hui, les mercaditos ont une place essentielle dans la vie péruvienne. Aussi nombreux que variés, ils sont la base de la gastronomie. Mais ils sont surtout le meilleur endroit pour en apprendre sur...
  4. Serge

    M’accorderiez-vous cette danse ?

    par
    Comment
    Le Pérou regorge de danses traditionnelles d’une grande variété. En effet, on en compte plus de 300 dans tout le pays et chaque région possède sa dance spécifique. On peut les admirer tout au long de l’année, mais particulièrement lors des carnavals (Carnaval de Puno en mars) ou célébrations particulières (Inti Raymi à Cusco fin juin). « Vivaces, romantiques, énergiques, colorées, divertissantes et expressives sont tous des façons de qualifier les danses du Pérou ». À Lima et dans les autres grandes villes de la côte, c’est bien sur la Salsa qui domine ! Elle a d’ailleurs amené à la création de lieux originaux, comme les « salsodromes ». Mais également la valse créole, les danses afro péruviennes comme le Festejo, la Zamacueca et la Lando. Mais la Marinera reste cependant la danse nationale du Pérou. Élégante et sophistiquée, c’est est une danse de séduction ou le couple se tourne autour sans jamais se toucher. Les femmes dansent avec un foulard blanc dans la main et les hommes avec un chapeau de paille. Cette danse est devenue le symbole national de l’identité péruvienne. Dans les Andes, une multitude de danses issues de diverses influences pourraient être citées. Mais pour en mentionner quelques une : la Danza de las Tijeras, la danse des ciseaux, qui tire son nom d’un instrument étrange au son duquel les danseurs font beaucoup d’acrobaties. La Diablada est caractéristique de la région aymara de Puno et du lac Titicaca : importée de Bolivie, elle représente la lutte entre le...
  5. Serge

    Lima, Plaza de Armas, Pérou… Quelle est l’origine de ces mots ?

    par
    Comment
    Pérou, Lima, Plaza de Armas, etc… Des mots qui font partie du quotidien des péruviens et qui sont forcément parvenus aux oreilles des passionnés de ce merveilleux pays au moins plus d’une fois… Nous vous proposons donc ici d’en apprendre davantage sur le passé de ces mots et de leur signification. Car après tout, nommer une chose, n’est-ce pas la faire exister ? Pérou L’origine du mot Pérou n’est pas certaine et l’on trouve différentes théories pour expliquer son étymologie. La version la plus répandue est que Pérou vient du nom « Birú », qui signifie « fleuve », mais certains historiens affirment que cette dénomination provient du nom d’un cacique (propriétaire terrien qui exerce le contrôle sur la vie politique et sociale de son district) particulièrement riche, résidant dans le sud du Panama. Après leur arrivée sur le continent, les Espagnols employaient déjà les termes « Pirú » ou « Birú » afin de désigner la zone inexplorée qui se trouvait au sud du Panama. Au moment de la conquête en 1532, Francisco Pizarro voulait d’abord l’appeler Tumbes, mais « Birú » se transforma en Pérou et s’imposa comme le nom définitif du pays. Preuve en est que dans les premiers documents officiels territoriaux, les dénominations « Tumbes » et « Pérou » prédominent, pour ensuite laisser la place à Pérou. Lima Lima, aussi appelée la Cité des Rois, tient cette appellation des Rois Mages, qui selon les dires des conquistadores, les avaient guidés à travers la ville. Autre indice...
  6. Serge

    Ancash et l’un des pics les plus beaux au monde : l’Alpamayo

    par
    Comment
    La région d’Ancash, dont le nom vient du mot Anqas (bleu en quechua), est l’une des 24 régions du Pérou qui longe le Pacifique, au Nord de la région de Lima. Comme beaucoup d’autres régions au Pérou, Ancash bénéficie d’une richesse culturelle remarquable puisqu’elle héberge l’un des plus beaux complexes archéologiques laissés par la culture Chavin, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 1985.  Cette région est également entourée de magnifiques monts enneigés dont 27 dépassent les 6000 mètres et plus d’une centaine dépassent les 5000. L’un d’eux est le mont Huascaran, le plus haut pic péruvien avec ses 6768 mètres. La petite histoire veut qu’il ait été adopté dans le monde du 7ème art comme logo de la compagnie Paramount Pictures, logo que vous voyez apparaître au début de chacun de leurs films ! Mais revenons à l’un des plus beaux de tous les sommets péruviens : l’Alpamayo. Le nom d’Alpamayo nous vient du quechua « rivière boueuse ». Pourtant, il est connu localement sous le nom de Shuyturaju qui signifie « pyramide enneigée », pour sa forme longue et pyramidale. L’Alpamayo est une des montagnes qui composent la partie nordique de la Cordillère des Andes, au beau milieu du massif de Santa Cruz. Avec ces 5497m, il est considéré comme l’un, si ce n’est le plus beau des pics au monde par les locaux, ainsi que par la revue Alpinismus dans le concours de photographie en 1966 en Allemagne. Il est conseillé de le visiter entre le mois de Mai et Septembre,...
  7. Serge

    Le Pérou : destination touristique mais également gastronomique !

    par
    Comment
    Le Pérou, c’est les montagnes, l’Amazonie, le Machu Picchu… mais c’est aussi la gastronomie ! En effet, depuis quelques années, on entend parler de plus en plus de la cuisine péruvienne, et ceux qui l’ont déjà goûté savent pourquoi… Ce mélange d’ingrédients, venus des quatre coins du territoire, donnent naissance à une grande variété de plats faisant du pays une des meilleures destinations culinaires au Monde ! L’histoire de la gastronomie péruvienne remonte au-delà de la période Inca et s’est enrichie avec les différentes migrations espagnoles, africaines, japonaises, chinoises entre autres. De nouvelles épices, fruits, plantes ont été introduites pour donner cette « sazón » (saveur) unique. La fusion espagnole et inca donne naissance à la comida criolla (cuisine créole) comme par exemple la sauce Ocopa, un mélange de cacahuètes, piment péruvien et de produits laitiers introduits par les espagnols. L’arrivée des esclaves africains, a également contribué à la création de nouveaux plats comme le « aji de gallina » (poulet émietté avec une sauce faite à base de lait, pain, noix de pécan et piment jaune). La nourriture des esclaves était principalement composée de pain et de lait, ils y ont alors intégré les restes de poulet que leurs maitres leurs donnaient. On peut également citer les anticuchos (brochettes de cœur de bœuf mariné, accompagnées de pommes de terre), c’est ce qu’on appelle la gastronomie afro-péruvienne. Ensuite, avec la déclaration d’indépendance, le général Don José de San Martin ouvrira les portes du Pérou à tous les étrangers. Bénéficiant ainsi...
  8. Serge

    La sacro-sainte pomme de terre au Pérou

    par
    Comment
    Si la France est connue pour ses nombreux fromages, le Pérou est quant à lui connu comme étant le pays de la pomme de terre ! En effet, il possède le plus grand nombre de variétés de pommes de terre au monde : plus de 3000 sur un peu plus de 5000 existantes dans le monde. Avec des noms pas si facile que ça à retenir : huayro macho, qeqorani, ritisisa, puca shongo… Pour mieux connaître ce tubercule, penchons nous sur son histoire : peut-être ne le saviez-vous pas, mais d’après des études scientifiques, la pomme de terre trouverait son origine dans les Andes péruviennes, et plus précisément aux alentours du lac Titicaca, et donc, cultivée pour la première fois il y a un peu plus de 7000 ans au Pérou. Selon une légende, les hommes qui cultivaient le quinoa dominèrent pendant de nombreuses années les peuples des montagnes, le but étant de laisser mourir de faim ces hommes en diminuant leurs rations. Ces derniers implorèrent alors leur Dieu, qui leur donna des graines. Les graines donnèrent naissance à de jolis buissons, et lorsque ces derniers fleurirent, les oppresseurs les prirent, considérant cela comme une bonne récolte. Les hommes des montagnes implorèrent une deuxième fois Dieu, qui leur répondit : « remuer la terre, les vrais fruits y sont cachés » ; ils découvrirent alors les pommes de terre, qu’ils gardèrent secrètes. Tous les matins, ils rajoutèrent à leur maigre petit déjeuner une ration de pomme de terre, leur permettant de reprendre des forces, et finirent par chasser les...
  9. Serge

    Le train touristique Lima-Huancayo : expérience magique à travers les Andes

    par
    2
    Un train mythique, présent dans l’album de Tintin « Le Temple du Soleil ». Le plus haut d’Amérique, le deuxième plus haut du monde (4835 mètres d’altitude). Le long du parcours de 332 kilomètres, vous pourrez admirer les paysages merveilleux de la Vallée du Mantaro et de la Cordillère des Andes. Le train part à 7h00 du matin de la Estación de Desamparados, gare se trouvant derrière le palais présidentiel, dans le Centre de Lima, pour arriver à la gare de Huancayo aux alentours des 19h00. Tout au long du trajet, vous vivrez l’expérience de traverser 69 tunnels, 58 ponts, incluant également 6 zig zags (le train change de sens de circulation, pour monter les parties les plus raides). Quelques arrêts sont également au programme, notamment dans le petit village de Matucana, célèbre dans la région pour ses glaces artisanales. Il est recommandé de mettre quelques dollars de plus pour acheter un billet aller dans le wagon « Turistico », car à la différence du wagon « Clasico », outre le Pisco Sour offert, vous aurez accès au wagon de queue, semi-ouvert, qui vous permettra de vous installer aux premières loges pour prendre de belles photos. Sauf si vous avez dormi pendant tout le trajet à l’aller (ce qui est difficilement concevable avec l’excitation du voyage et les paysages grandioses), nous vous conseillons de prendre un bus pour revenir, à partir de Huancayo, ce qui vous fera gagner 4 à 5h sur le trajet retour vers Lima. En conclusion, si...
  10. Serge

    La Fête du Seigneur de Qoyllur Riti

    par
    Comment
    Cet événement rassemble plus de 10 000 pèlerins chaque année. Ils parcourent environ 8 km à partir du village d’Ocongate, pour atteindre le sanctuaire, où les températures tournent aux alentours des 0 ° C. Ce pèlerinage est un mélange de catholicisme, où on rend culte au Christ, mais aussi aux dieux de la nature préhispaniques « les apus », associés à la fertilité de la terre. La cérémonie principale se tient au pied du mont Ausangate, situé à 4700 mètres d’altitude. Cette procession rassemble surtout la population andine, qui se divisent en communautés, comme par exemple celles de Quispicanchis et de Paucartambo. Cette division est marquée par des distinctions sociales et géographiques : Quispicanchis est plus une région où l’on élève les animaux, tandis que Paucartambo est plus investie dans la culture des champs. Qoyllur Riti signifie en quechua « Le Seigneur de la Neige ». D’après la légende, Jésus est apparu en prenant l’apparence d’un petit garçon, qui est devenu l’ami d’un enfant andin. Les parents de ce dernier, découvrant cette amitié, informèrent le prêtre local, qui tenta alors d’attraper Jésus. Lorsqu’il le fit, l’enfant se transforma en pierre et son image s’y grava. L’enfant andin, en voyant son ami se transformer en pierre, succomba. Selon la légende, il serait enterré sous la même pierre, et depuis, un grand nombre de fidèles allument des bougies à cet endroit. En arrivant au sanctuaire, chaque communauté effectue le salut officiel au Christ, qui peut durer des heures. Chaque communauté est accompagnée d’un groupe...

Propriété des supports graphiques

La totalité des supports graphiques tels que nos albums photos et vidéos ainsi que les plans et les supports interactifs sont la propriété exclusive de l’équipe Tout Pérou. Merci de nous contacter si vous souhaitez faire usage de ce matériel, fruit de nos expéditions et résultat d’un travail de recherche abouti.

Copyright © 2013 ToutPerou. Tous droits réservés