Blog et forum de vos voyages au Pérou
Blog et Forum du réseau solidaire Tout Pérou

L'espace d'échange gratuit dédié au Pérou pour les voyageurs francophones

LA LAINE D’ALPAGA

  1. Serge

    LA LAINE D’ALPAGA

    par
    Comment
    En visitant le Pérou, vous pensez sûrement ramener un vêtement en laine d’alpaga en souvenir. Voici quelques informations qui vous seront utiles au moment de votre achat On trouve 90% des alpagas dans la Cordillère des Andes, côté Pérou. Les élevages sont très répandus pour récolter leur laine. Deux types d’alpaga existent et les caractéristiques de leur laine sont différentes : L’alpaga « Suri » a un long pelage et sa laine est fine et soyeuse. L’alpaga « Huacaya » a un pelage dense, semblable à celui d’un mouton. Sa laine est moelleuse, brillante et fine. La fibre naturelle de l’alpaga se décompose en 18 tons de couleurs, passant du blanc, au brun, puis au gris et enfin au noir. L’animal peut être tondu tous les ans, ou tous les deux ans, et donne à chaque fois 2 à 3 kilos de laine. Vous trouverez souvent dans les magasin l’appellation « baby alpaga ». Cela signifie que la laine provient de la toute première tonte de l’animal. Elle sera donc plus douce, car avec la repousse, la fibre a tendance à se durcir. Attention en revanche, beaucoup de magasins de souvenirs vous proposerons des pulls, gants ou encore écharpes comme étant 100% en laine d’alpaga. Ne soyez pas dupe, en y regardant de plus près, vous verrez que la composition de la laine est très souvent coupée avec du coton. De plus, les prix peuvent vous aider à repérer les véritables vêtements 100% alpaga. Comptez environ 400 soles pour un pull. Quelques conseils pour...
  2. Serge

    UN PATRIMOINE EN PIERRE

    par
    Comment
    En venant au Pérou, vous visiterez sûrement l’incontournable Machu Picchu. Mais savez-vous que le pays regorge de sites archéologiques en pierre, tout aussi impressionnants les uns que les autres ? Voici un petit aperçu des constructions en pierre dont les origines pré-inca et inca laissent une certaine magie aux lieux. Pour commencer, le site de Kuélap situé dans le nord du pays a été construit par la civilisation Chachapoyas au XIè siècle. La hauteur des murs (19 mètres) lui a donné le statut de forteresse, à l’intérieure de laquelle la population semblait être bien organisée : bâtiments administratifs, religieux, centre de cérémonie et habitations. Depuis mars 2017, un téléphérique fonctionne pour rejoindre la forteresse située à 3000 mètres d’altitude. L’aller-retour coûte 20 soles et rajoutez 20 soles pour l’entrée sur le site (réductions possibles). Un autre site connu sous le nom du « Machu Picchu liménien » se trouve environ à 150 kilomètres de la capitale. La conservation du site archéologique de Rupac et les paysages qui s’offrent à vous en haut de la montagne (3400 mètres) valent le détour. Le site est accessible après une petite randonnée de 4h00 au départ du village de Pampa. Les archéologues ont découvert un cimetière et des bâtiments religieux sur le site érigé par les Atahuallos. Sandor est un site archéologique ayant eu une fonction religieuse. Les experts ont trouvé sur place des indices d’une présence des civilisations Chanka et Inca. Des sacrifices humains étaient réalisés en haut de la pyramide qui compte 500 marches. La concentration...
  3. Serge

    Plumes, poils et écailles en Amazonie

    par
    Comment
    Parmi les 14 parcs nationaux que compte le Pérou, on trouve le Parc National du Manu, le plus grand du pays et situé dans le sud-est. La richesse de sa faune et de sa flore lui donne le statut de parc ayant la plus grande biodiversité de la planète. En effet, des milliers d’animaux se côtoient dans cet immense espace culminant entre 300 et 3800 mètres d’altitude. On peut se retrouver par exemple nez à nez avec un jaguar, imposant félin qui apprécie les espaces boisés et proche de l’eau. La forêt amazonienne en fait donc son terrain de chasse de prédilection. A l’inverse de ce mammifère qui est plutôt solitaire, les loutres géantes vivent quant à elles en famille. Longtemps chassées pour leur fourrure qui les protège des eaux froides des rivières, l’espèce est aujourd’hui en danger mais protégée par la CITES. La particularité de cet animal sont les cris qu’il pousse très bruyamment pour prévenir d’un danger, lorsqu’il se met en chasse ou tout simplement quand les bébés souhaitent attirer l’attention de leurs parents. Au cœur du parc, vous pourrez également rencontrer le tapir du Brésil qui est l’espèce de tapir ayant la plus petite trompe. Mais l’animal en lui-même peut mesurer jusqu’à deux mètres et peser 300 kilos. Son pelage brun lui permet de se faufiler discrètement dans la densité de la forêt. Il côtoie toute une variété d’oiseaux (plus d’un millier d’espèces a été recensé) parmi lesquels se trouvent les aras. L’ara rouge est sans doute...
  4. Serge

    BESOIN DE PARLER ESPAGNOL POUR VISITER LE PÉROU ?

    par
    Comment
    Les billets d’avion sont prêts, les passeports sont dans le sac, la valise est bouclée, l’heure du départ pour la grande aventure au Pérou a sonné ! Le vol se passe sans encombre, l’installation à l’hôtel Chez Serge aussi et, une fois dans le premier restaurant : « Je voudrais un ceviche, pas trop pimenté s’il vous plait ! ». Oups, non, en espagnol ce sera mieux ! L’espagnol est la langue officielle du Pérou, et lors de votre voyage dans le pays, vous serez sans doute amené à échanger avec les locaux : négocier un taxi, demander un renseignement, et, comme vu auparavant, tout simplement commander un plat au restaurant. Comment faire si vous ne parlez pas un mot ? Dans les grandes villes comme Lima et Arequipa et dans les lieux touristiques de la Vallée Sacrée, vous pourrez rencontrer des personnes parlant anglais. Cependant, ce n’est vraiment pas courant. C’est pourquoi il est conseillé d’apprendre les bases de l’espagnol avant de partir. Étant une langue latine, beaucoup de similarités existent avec le français. Il ne sera donc pas très difficile de connaitre rapidement (en deux mois c’est possible !) un rudiment d’espagnol pour pouvoir se faire comprendre une fois sur place. Les péruviens apprécieront vos efforts, et de votre côté, vous serez enchanté de pouvoir échanger quelques phrases avec eux. En effet, il n’est pas rare dans la rue que les péruviens viennent à votre rencontre si vous êtes perdu. Ils articulent bien et parlent plus lentement que les espagnols : idéal pour la compréhension ! Sans-doute vous poseront ils...
  5. Serge

    Changer, retirer et payer au Pérou

    par
    Comment
    Comme à chaque voyage à l’étranger (en tout cas en dehors de l’Europe), l’argent, les moyens de paiement, les différents types de devises restent une préoccupation majeure pour tout voyageur. Dans ce domaine le Pérou ne fait pas exception. Nous vous proposons ici de vous donner une palette de conseils afin de répondre aux questions que vous vous posez déjà Changer de l’argent. L’idéal est de se munir d’euros ou de dollars que l’on changera en soles dans les « casas de cambio », les bureaux de change (c’est assez paradoxal, mais pas dans les banques où le taux de change est le moins intéressant), ou auprès des « cambistas » reconnaissables à leurs gilets de couleurs, directement dans la rue, souvent devant les banques. Retirer de l’argent. Des distributeurs automatiques sont présents un peu partout dans les grandes villes au Pérou, grâce auxquels il est possible de retirer soles et/ou dollars américains. Vu les frais bancaires pour toute opération à l’étranger, ne retirez pas 20 soles par 20 soles, car cela vous coûtera cher, mais des sommes assez conséquentes pour limiter le nombre de retraits. Les distributeurs Global Net de couleur jaune sont à éviter si possible, car les commissions de retrait sont très importantes. Les trois principales banques au Pérou sont la BCP, BBVA et Scotiabank. Bon à savoir : la BNP Paribas dispose d’un accord avec la Scotiabank au Pérou, ce qui vous permet de retirer sans frais. Pour les autres banques, n’hésitez pas à demander à votre conseiller s’il existe...
  6. Serge

    Le Paradis de la Vague

    par
    Comment
    Le Pérou offre une grande diversité de spots de surf et un large panel de plages pour le pratiquer selon vos envies. Il compte parmi les destinations les plus réputées au monde notamment pour la qualité des vagues du Pacifique. Le pays attire chaque année de plus en plus de surfeurs du monde entier, et c’est une véritable communauté qui est en train de naître autour de ce sport de glisse. Et si les vagues du Pérou conviennent parfaitement aux débutants et représentent une manière inoubliable de s’initier au sport, ce pays révèle aussi un potentiel pour les plus expérimentés. Le Pérou est surtout connu grâce à Chicama qui est certainement la plus longue gauche de la Planète. Mais le Pérou ne se limite pas à cette vague mythique, en effet la côte s’étend sur plus de 2400 km. Nous vous en citons quelques unes : Mancora : dans la région de Piura, sur la côte nord du Pérou, se trouve Mancora, une petite plage très appréciée des surfeurs backpackers et des jeunes liméniens. Herradura : située dans le quartier de Chorrillos, au sud de Barranco à Lima, Herradura est l’un des meilleurs sites de surf de Lima, avec des vagues gauches parmi les plus puissantes de la côte péruvienne. Réservé aux expérimentés Cerro Azul : l’une des plages les plus fréquentée par les surfeurs, à 2 heures au sud de Lima. Aussi bien pour les débutants que pour les expérimentés, les impressionnantes vagues droites de ce spot vont en...
  7. Serge

    FESTIVAL DE COULEURS ET DE SAVEURS : LES MERCADITOS

    par
    Comment
    Les marchés au Pérou « mercado » ou « mercaditos » (petit marché) sont une étape indispensable de votre passage au pays des Incas. Éclectiques, hauts en couleur, en odeurs et en saveurs, il y en a pour tous les goûts et ils sont au centre de la vie liménienne. A l’origine, ils sont le résultat des nombreuses vagues d’immigration des péruviens des Andes à Lima. Arrivés en ville, une des options à leur portée étaient le commerce de denrées de toute sorte dans les rues. Au fur et à mesure du temps et de l’amélioration de leurs conditions de vie, les commerçants ambulants se sont regroupés dans des marchés « fixes » et ont pu obtenir des droits de propriété et une situation beaucoup plus stable, élément indispensable pour mener à bien toute activité économique. Ce qui frappera le voyageur sera non seulement l’abondance de produits de toutes les formes et de toutes les couleurs mais aussi les étals de fruits et légumes s’étendant à perte de vue, les poulets et cochons entiers exposés dans les vitrines (quand il y en a), les centaines de paniers d’épices de toutes sortes et bien sûr, la fameuse pomme de terre originaire du pays qui se décline jusqu’à 5000 variétés différentes… Vous ne vous ennuierez pas, c’est promis ! Aujourd’hui, les mercaditos ont une place essentielle dans la vie péruvienne. Aussi nombreux que variés, ils sont la base de la gastronomie. Mais ils sont surtout le meilleur endroit pour en apprendre sur...
  8. Serge

    Lima, Plaza de Armas, Pérou… Quelle est l’origine de ces mots ?

    par
    Comment
    Pérou, Lima, Plaza de Armas, etc… Des mots qui font partie du quotidien des péruviens et qui sont forcément parvenus aux oreilles des passionnés de ce merveilleux pays au moins plus d’une fois… Nous vous proposons donc ici d’en apprendre davantage sur le passé de ces mots et de leur signification. Car après tout, nommer une chose, n’est-ce pas la faire exister ? Pérou L’origine du mot Pérou n’est pas certaine et l’on trouve différentes théories pour expliquer son étymologie. La version la plus répandue est que Pérou vient du nom « Birú », qui signifie « fleuve », mais certains historiens affirment que cette dénomination provient du nom d’un cacique (propriétaire terrien qui exerce le contrôle sur la vie politique et sociale de son district) particulièrement riche, résidant dans le sud du Panama. Après leur arrivée sur le continent, les Espagnols employaient déjà les termes « Pirú » ou « Birú » afin de désigner la zone inexplorée qui se trouvait au sud du Panama. Au moment de la conquête en 1532, Francisco Pizarro voulait d’abord l’appeler Tumbes, mais « Birú » se transforma en Pérou et s’imposa comme le nom définitif du pays. Preuve en est que dans les premiers documents officiels territoriaux, les dénominations « Tumbes » et « Pérou » prédominent, pour ensuite laisser la place à Pérou. Lima Lima, aussi appelée la Cité des Rois, tient cette appellation des Rois Mages, qui selon les dires des conquistadores, les avaient guidés à travers la ville. Autre indice...
  9. Serge

    Ancash et l’un des pics les plus beaux au monde : l’Alpamayo

    par
    Comment
    La région d’Ancash, dont le nom vient du mot Anqas (bleu en quechua), est l’une des 24 régions du Pérou qui longe le Pacifique, au Nord de la région de Lima. Comme beaucoup d’autres régions au Pérou, Ancash bénéficie d’une richesse culturelle remarquable puisqu’elle héberge l’un des plus beaux complexes archéologiques laissés par la culture Chavin, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 1985.  Cette région est également entourée de magnifiques monts enneigés dont 27 dépassent les 6000 mètres et plus d’une centaine dépassent les 5000. L’un d’eux est le mont Huascaran, le plus haut pic péruvien avec ses 6768 mètres. La petite histoire veut qu’il ait été adopté dans le monde du 7ème art comme logo de la compagnie Paramount Pictures, logo que vous voyez apparaître au début de chacun de leurs films ! Mais revenons à l’un des plus beaux de tous les sommets péruviens : l’Alpamayo. Le nom d’Alpamayo nous vient du quechua « rivière boueuse ». Pourtant, il est connu localement sous le nom de Shuyturaju qui signifie « pyramide enneigée », pour sa forme longue et pyramidale. L’Alpamayo est une des montagnes qui composent la partie nordique de la Cordillère des Andes, au beau milieu du massif de Santa Cruz. Avec ces 5497m, il est considéré comme l’un, si ce n’est le plus beau des pics au monde par les locaux, ainsi que par la revue Alpinismus dans le concours de photographie en 1966 en Allemagne. Il est conseillé de le visiter entre le mois de Mai et Septembre,...
  10. Serge

    Le Pérou : destination touristique mais également gastronomique !

    par
    Comment
    Le Pérou, c’est les montagnes, l’Amazonie, le Machu Picchu… mais c’est aussi la gastronomie ! En effet, depuis quelques années, on entend parler de plus en plus de la cuisine péruvienne, et ceux qui l’ont déjà goûté savent pourquoi… Ce mélange d’ingrédients, venus des quatre coins du territoire, donnent naissance à une grande variété de plats faisant du pays une des meilleures destinations culinaires au Monde ! L’histoire de la gastronomie péruvienne remonte au-delà de la période Inca et s’est enrichie avec les différentes migrations espagnoles, africaines, japonaises, chinoises entre autres. De nouvelles épices, fruits, plantes ont été introduites pour donner cette « sazón » (saveur) unique. La fusion espagnole et inca donne naissance à la comida criolla (cuisine créole) comme par exemple la sauce Ocopa, un mélange de cacahuètes, piment péruvien et de produits laitiers introduits par les espagnols. L’arrivée des esclaves africains, a également contribué à la création de nouveaux plats comme le « aji de gallina » (poulet émietté avec une sauce faite à base de lait, pain, noix de pécan et piment jaune). La nourriture des esclaves était principalement composée de pain et de lait, ils y ont alors intégré les restes de poulet que leurs maitres leurs donnaient. On peut également citer les anticuchos (brochettes de cœur de bœuf mariné, accompagnées de pommes de terre), c’est ce qu’on appelle la gastronomie afro-péruvienne. Ensuite, avec la déclaration d’indépendance, le général Don José de San Martin ouvrira les portes du Pérou à tous les étrangers. Bénéficiant ainsi...

Propriété des supports graphiques

La totalité des supports graphiques tels que nos albums photos et vidéos ainsi que les plans et les supports interactifs sont la propriété exclusive de l’équipe Tout Pérou. Merci de nous contacter si vous souhaitez faire usage de ce matériel, fruit de nos expéditions et résultat d’un travail de recherche abouti.

Copyright © 2013 ToutPerou. Tous droits réservés